Perce-neige

Je retrouve ce texte de 1998 :

Dans son écrin de mousse sage et folle, sous son diadème boréal, Amaryllis, princesse de l’hiver, tire sa vie du matin pâle. Attirante comme un pôle, parmi ses sœurs en robes de communiantes, elle offre au promeneur son triple éclat de perle. Papillon de nacre posé sur une tige de bambou grêle, elle cache sa gousse au profond de la terre. Fière de ses décors d’aquarelle, de ce liséré tendre au bord de sa dentelle, du grelot pâle aux lèvres vertes sculpté comme une tiare dans la prédelle d’un retable,  elle attend de pied ferme, avec ses six épines jaunes, la visite goulue de la première abeille.

2 Commentaires

  1. C’est un très beau texte poétique, merci, Daniel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *