Vingt-quatre quatrains pour Tintin

Tintin

J’ai rédigé à la demande de mes amis tournaisiens d’Unimuse…
Vingt-quatre quatrains pour Tintin
(Copyright by Casterman)

 

 

 

1. Soviets
Tintin, en Union Soviétique,
Seul contre tous (hormis son chien)
S’engage au service du Bien,
Poursuivi par les Bolcheviques.

2. Congo
« Rendez-vous à Kalabelou
Sous le gros palmier solitaire… »
Les méchants Blancs sont mis à terre
Du fait de Tintin et Milou.

3. Amérique
À Chicago, où les gangsters
Sont salués par la police,
Enfin triomphe la justice
Grâce au courageux reporter.

4. Pharaon
Et voici Dupond et Dupont,
Policiers plus nuls que nature,
Qui s’acharnent à la capture
Du petit journaliste blond.

5. Lotus bleu
« Je m’en vais vous couper la tête… »
Tintin, aidé de l’ami Tchang,
Échappe au fils de Monsieur Wang
Puis Mitsuhirato arrête.

6. Oreille cassée
À la poursuite du fétiche,
Au cœur du San Theodoros,
Menacés par les Bibaros,
Tintin et Milou sont fortiches.

7. Écosse
Menant sa barque à la godille
Vers l’île des faux-monnayeurs,
Tintin, étranger à la peur,
Y mate Ranko le gorille.

8. Syldavie
Au service du roi Muskar
Tintin, au péril de sa vie,
Sur les chemins de Syldavie
Traque le sceptre d’Ottokar.

9. Le pays de la soif
Aussi chaste que Galaad,
Tintin affronte le désert
En compagnie d’un loup de mer
Qui l’aide à vaincre Ben Salaad.

10. Aérolithe
Tintin, Haddock et les savants
Voguent vers une île lointaine
Où, sous l’effet du calystène,
Poussent des champignons géants.

11. Licorne
Les dangereux frères Loiseau
Veulent dérober à Tintin
Le secret des trois parchemins
Cachés dans les mâts des vaisseaux.

12. Trésor pirate
Dans le submersible requin
Du professeur à barbichette,
Tintin, à l’affût des cachettes,
Explore les grands fonds marins.

13. Boules de cristal
Ayant violé la sépulture
De Rascar Capac, sept savants
Sont frappés d’un mal inquiétant,
Tantôt sommeil, tantôt torture.

14. Temple du soleil
Tintin, Haddock et les lamas,
Sous le ciel de l’Altiplano,
Avec leur guide Zorrino,
Cherchent le temple de l’Inca.

15. Or noir
Entre vent de sable et mirage,
Une guerre au pays d’Allah
Met Tintin face à Abdallah,
Fils d’un émir, mais pas très sage.

16. Objectif Lune
Le savant à l’oreille dure,
Dans la centrale nucléaire,
Prépare une fusée lunaire
Pour de nouvelles aventures.

17. Sur la Lune
Quinze années avant Neil Armstrong,
Tintin met le pied sur la Lune,
Méritant de faire la Une
Autant qu’en d’autres temps King Kong.

18. L’Affaire Tournesol
L’arme de destruction massive,
Dernière invention de Tryphon,
Est dans le viseur des espions
Que Haddock et Tintin poursuivent.

19. Coke
Du coke en stock sur un cargo ?
Nom de code pour des esclaves !
Dans la peau du marquis pourrave :
Rastapopoulos Roberto.

20. Au Tibet
À la recherche de l’ami,
Tintin, dans un désert de neige,
Échappe à de multiples pièges,
Jusqu’à la grotte du yéti.

21. La Pie voleuse
La Castafiore dépouillée,
Pâture des paparazzi,
Et Tintin qui retrouve au nid
L’émeraude en vain recherchée.

22. Loin de Sydney
L’un tricheur, l’autre coléreux,
L’un malfrat, l’autre milliardaire,
Chenapan ou atrabilaire,
Lequel est le plus dangereux ?

23. Picaros
Alcazar ou Tapioca,
Un tyran toujours chasse l’autre.
Si séduisant que soit l’apôtre,
Il songe à empiler un tas.

24. Inachevé

Et le dernier de la série,
Dialogues à peine ébauchés,
Scénario juste crayonné…
Inachevé comme la vie.

Anche

Ceci n’est pas une écorce de bouleau. Un tronc, peut-être, où déposer l’obole pour les démineurs démembrés qui ne peuvent plus montrer du doigt la direction des souvenirs d’enfance.

Ceci n’est pas un fût de colonne dorique, ionique ou corinthienne. Un pansement Vanderplast, peut-être, où emballer le doigt blessé, coupé par l’explosion du raisin piégé.

Ceci n’est pas un flacon de parfum Vanderbilt. Tout juste une publicité mensongère pour une essence chinoise frelatée, fumée d’opium ou de havane.

Ceci n’est pas une partition retrouvée de Vincent d’Indy. Mais j’y vois la musique tout entière, et la clarinette de Benny Goodman lance vers le ciel bleu la première note glissée de la Rhapsody in Blue.

Relais



Une rose trémière entre les dents tu cours
Vers le soleil jaune des dessins d’enfants
Qui projette son ombre
Au fond de toi.

Un œillet délavé aux boutonnières ils courent
Toussant leur solitude
Infirmant les axiomes du sang
Vers un lac séminal bordé d’orties.

L’orchidée blanche autour du cou je cours
Émacié de ma peau
Vers tes jambes amourachées.

Pavane



J’avais longtemps cherché les fuseaux de ses jambes
aux heures déplacées
pour oublier un peu les joues de lèvres roses
et les jours de souffrance
posés entre elle et moi

J’avais pleuré par tous les yeux du paon
dont la roue me serrait la gorge
quand je fumais du brouillard rouge

Mais j’ai défripé sa robe de forêt
creusant mon nid dans son soleil

Charme enneigé



Charme enneigé

Muscle du tronc arc-bouté à la terre
et l’échelle des branches qui mènerait au ciel

Écorce lisse et rauque
suie verte au nord
lichen éparpillé
marbrures
zébrures

Le plan de sa ramure
inscrit dans chaque feuille

Rameaux qui ploient sous le léger faix blanc
qu’agite à peine le ballet
des roitelets

Et la poudreuse
qui tombe
sous le charme

Poison




Elle a ouvert la porte du brouillard
Elle a planté les ombres du décor
Elle a balayé le plancher de sable
Elle a posé une à une les pierres chaudes qui mènent à la plage de pastel
Elle a nettoyé les moulures de la mer à l’esprit de sel
Puis elle s’est assise dans un pliant de silence
Et elle s’est reposée

Elle a fermé les yeux
Elle a tourné la tête vers le soleil
Et derrière ses paupières les dessins se sont mis à danser
Tigres gambadant sur les flots
Montagne coulant dans la rivière
Herbe s’ébrouant sous la rosée
Une hirondelle sur le tissu du ciel
Un chien se promenant main dans la main avec un chat

Quand elle s’est réveillée le temps avait déjà un peu fondu
Elle a replié le pliant de silence
Elle a démoulé les moulures de la mer
Elle a rangé les pierres froides qui ne menaient plus nulle part
Elle a jeté le sable à la rivière
Elle a gommé les ombres du décor
Puis elle a refermé la porte du brouillard