Itinéraire

daniel-charneux-2016-a

Daniel Charneux (photo : Paul Neuray)

Né en 1955, romaniste (liégeois) et romancier, Daniel Charneux publie entre 2001 et 2004 deux romans (Une semaine de vacance et Recyclages) ainsi qu’un recueil de nouvelles (Vingt-quatre préludes) à propos desquels un critique a pu parler de « légèreté du désespoir ». Il reçoit en 2002 le Prix du Comité des Usagers de la Bibliothèque centrale du Hainaut pour Une semaine de vacance.
De 2004 à 2009, il dirige la publication  annuelle de six nouvelles éditées par la ville de Mons à l’occasion des « Rendez-Vous du Livre ». 36 textes en tout, dus entre autres à François Emmanuel, Colette Nys-Mazure, Françoise Houdart, Patrick Virelles, Ariane Le Fort, Foulek Ringelheim, Françoise Pirart, Christine Aventin, Alain Bertrand, Julie Guerlan, Corine Jamar, Nicolas Ancion, Luc Baba, Aurelia Jane Lee…
Norma, roman, sort des presses des éditions Luce Wilquin en février 2006. Chantal Portillo écrit à son propos : « Ce beau texte, à la langue travaillée comme une parure de Norma, l’autre, celle de Bellini, la grande prêtresse druidique trahie par l’amour et chantée par Maria Callas, est une méditation sur le temps, celui qui passe, celui qui nous terrasse. Qui nous dépouille de la grande illusion de l’image que nous espérions renvoyer. » Le 23 novembre 2007, Norma, roman reçoit le prix hainuyer de littérature française Charles Plisnier.
2008 voit la parution de Pruine du temps, un recueil de haïkus illustrés par Pierre Renard et calligraphiés par Pascal Goossens. L’esprit zen qui imprègne les haïkus est également présent dans un quatrième roman, Nuage et eau, que publient en septembre 2008 les éditions Luce Wilquin, et que distingueront dans leur dernière sélection les jurés du Prix Rossel, du Rossel des Jeunes et du Prix des Lycéens. Nuage et eau recevra en 2009 le Prix du Comité des Usagers de la Bibliothèque centrale du Hainaut et, en mars 2010, le Grand Prix Littéraire France – Communauté française de Belgique de l’ADELF.
En 2009, Maman Jeanne, « un texte court, d’une simplicité toute apparente, qui n’est finalement pas là où on l’attend et qui sait avec bonheur surprendre et toucher son lecteur », selon Dominique Baillon-Lalande, échoue à une voix du Prix Rossel des Jeunes. Ce bref récit fait l’objet d’un travail scénique coordonné par Michel Tanner, directeur du Centre Dramatique Hainuyer.
En 2012, Comme un roman-fleuve explore l’histoire d’un homme et d’une ville, d’un fleuve et d’un amour. Le roman sera finaliste du prix Marcel Thiry.
En 2014, Trop lourd pour moi dévoile les « fausses confidences » d’un homme hanté par les « illusions perdues ». Le meilleur livre de l’auteur, selon Michel Joiret.
En 2015, il se tourne vers l’essai avec More, évocation d’une figure de sainteté, celle de Thomas More, père de l’Utopie, ami d’Erasme, chancelier d’Henri VIII et martyr du catholicisme.
En janvier 2017, la collection patrimoniale Espace Nord accueille Nuage et eau suivi de Maman Jeanne dans son volume n° 353, avec une postface de Françoise Chatelain.

Bibliographie :

Romans et récits :

  • Trop lourd pour moi, Éd. Luce Wilquin, 2014.
  • Comme un roman-fleuve, Éd. Luce Wilquin, 2012.
  • Maman Jeanne, Éd. Luce Wilquin, 2009 ; rééd. collection Espace Nord, n° 353, 2017.
  • Nuage et eau, Éd. Luce Wilquin, 2008 ; rééd. collection Espace Nord, n° 353, 2017.
  • Norma, roman, Éd. Luce Wilquin, 2006.
  • Recyclages, Éd. Luc Pire, 2002.
  • Une semaine de vacance, Éd. Luc Pire, 2001.

Nouvelles :

  • Darjeeling, Communauté française de Belgique, 2009.
  • Vingt-quatre préludes, Éd. Luce Wilquin, 2004.
  • Le hêtre pourpre du notaire, Ville de Mons, 2004.

Théâtre :

  • Les Singes de Mons, Festival montois de Théâtre en rue 2017 (mise en scène : Julien Vanbreuseghem).
  • L’Ascension d’un homme de feuilles, Festival montois de Théâtre en rue 2015 (mise en scène : Julien Vanbreuseghem).
  • Virage à droite, Festival montois de Théâtre en rue 2014 (mise en scène : Julien Vanbreuseghem).
  • Maman Jeanne, L’axiale Boraine, saison 2011-2012 (actrice : Lise Dineur ; mise en scène : Julien Vanbreuseghem).
  • Vingt milliards sous l’Amer, Festival montois de Théâtre en rue 2011 (mise en scène : Julien Vanbreuseghem).
  • Les Anges dans nos campagnes, Festival montois de Théâtre en rue 2007 (mise en scène : Julien Vanbreuseghem).
  • Le Violon sans âme, Festival montois de Théâtre en rue 2006 (mise en scène: Sarra Latrèche).

Poésie :

  • Si longues secondes, haïkus, illustrations de Salvatore Gucciardo, Éd. Audace, 2010.
  • Pruine du temps, haïkus, illustrations de Pierre Renard, calligraphies de Pascal Goossens, chez l’auteur, 2008.

Essai :

  • More, Éd. M.E.O., 2015.

Préfaces :

  • Verlaine avoue Rimbaud, de Vincent Vallée, Éd. du Rapois, 2017.
  • Je me souviens de Quaregnon, Éd. La Maison culturelle de Quaregnon, 2016.
  • Coquillages, de Fidéline Dujeu, Éd. Le Somnambule équivoque, 2009.
  • Compostelle, Journal d’un poète, de Thierry Ries, Éd. Chloé des Lys, 2007.
  • Xylème, de Marcel Peltier, Éd. Chloé des Lys, 2005.

Collectifs :

  • [Onze heures moins le quart, bientôt…], in Avoir 100 ans en 2015, photographies de Bénédicte Thomas, Tournai, Labelpages, mars 2016.
  • Vingt-quatre quatrains pour Tintin, in La Poésie habite au 21, Éd. Cactus inébranlable, 2015.
  • Le Lion des Henanchas, in Amour, Amour, Éd. Weyrich, 2015.
  • Romaniste, romancier : inséparables comme le yin et le yang, in Romanistes & Romanciers, Actes du colloque organisé par l’A.R.U.Lg le 10 mars 2012, Éditions de la Province de Liège, 2014.
  • [Ils ont vécu là…], in Les Veines du fleuve, Quatorze poèmes sur l’Escaut illustrés par des bois de Jean-François Van Haelmeersch, Éd. Maison de la Culture de Tournai, 2014.
  • À la folie, in Achève-moi, six nouvelles inédites et leurs suites, Éd. Luce Wilquin, 2013.
  • Émile et Marthe, in Suivez mon regard, Éd. Institut du Patrimoine Wallon, 2011.
  • De la charité à la solidarité, in 100 ans de solidarité et demain…, Mutualité Socialiste de Mons Borinage, 2010.
  • Le hêtre pourpre du notaire, in Des Nouvelles de Mons, Éd. Luce Wilquin / Ville de Mons, 2010.
  • Les mots d’Imad, in Étranger, j’écris ton nom, Éd. Couleur Livres, 2007.
  • In vino veritas ?, in Des mots chocolats, Éd. Luce Wilquin, 2007.
  • Haïkus, in Éclair soudain, Éd. Ex Ponto, 2005.
  • Haïkus, in Ombres et Lumières, Éd. LCR, 2003.

15 Comments

  1. Je serais fort intéressée par le livre « Pruine du temps » qui est disponible chez l’auteur. J’aimerais donc connaître les modalités pour l’obtenir.
    Je viens de découvrir cet auteur par un article du Soir concernant son dernier livre « Nuage et eau » que je compte acheter.
    Avec mes remerciements pour votre réponse, à bientôt

    Mme Fortemps B.

  2. Bonjour Daniel, j’ai appris la parution de votre ouvrage Nuage et Eau, j’aimerais savoir s’il est distribué en France, sinon comment vous le commander ?
    Merci d’avance, et toutes mes félicitations pour votre site, il est à présent dans mes Favoris.

  3. Cher Daniel,

    j’ai malheureusement dû effacer l’emission de la RTBF la Première un samedi midi d’octobre sans doute podcastée à l’époque !
    Peut-être en disposes-tu ??? Si oui, il me serait agréable de la réentendre !

    En tout cas bravo !

    As-tu encore le temps de courir ????
    A+ Pierre

  4. Mon fils fait une anthologie pour son cours de littérature ayant comme thème l’Asie à travers la littérature française. Il lui manque un poème pour terminer son travail. Ayant lu votre livre nuage et eau, il serait intéressé par votre recueil de haikus  » pruine du temps ». Serait-il possible de nous envoyer quelques extraits avec les numéros de page pour qu’il puisse terminer son travail.

    merci pour votre réponse

    Véronique

  5. Bonsoir,

    J’aimerais vous inviter en classe dans le cadre du prix des lycéens.Quelles sont vos disponibilités? Très grand merci d’avance!

  6. Bonjour ,
    je viens de lire votre mot sur les kennedy. je suis biographes en autres sur les Kennedy depuis une dizaine d’années avec des expos comme celles de l’unesco avec la venue de la famille Kennedy, celle de Monaco, au maroc dans les aéroports … elle sera maintenant en Belgique  » John F Kennedy, le rêve de l’Amérique » du 17 mars au 14 juin 2009 au Chateau de Waroux à Ans ( province de Liège) avec le soutien de RTL de la Meuse, de l’OPt … venez nombreux!
    frederic

  7. Bonne Année cher Daniel (Lucien, Jean, Lulu, Lucifer etc…)

    De mon lointain exil parisien je suis toujours tes tribulations. Que tes ouvrages nous enchantent encore longtemps…

    Amitiés,

    Patman

  8. Bonjour Monsieur l’Ecrivain,
    hier 29 avril à Bruxelles, vous avez aimablement dédicacé votre livre « Nuage et Eau » à ma fille Florine (élève à l’Institut St Charles à Péruwelz) et parlé un peu avec elle. Je vous en remercie. Suite aux quelques mots échangés, il s’avère que nous avons des cousins communs : les CHARNEUX d’Engreux. Leur maman, Irène THOMAS, était la soeur de mon père et ma marraine. Je suis originaire de Bertogne et suis atterri dans le Hainaut en 1984 pour le boulot. nous habitons Péruwelz et je travaille à Mons. Pourrions-nous une fois nous rencontrer et faire connaissance ?
    Au plaisir de vous lire,
    Eric THOMAS

  9. Bonjour Daniel,

    J’ai croisé les doigts pour toi hier… Le prix est allé à Tuyêt, ce qui m’a un peu consolée (je l’aime beaucoup!)

    Te dire encore que Nuage et eau m’a apporté un délicieux moment de sérénité, au milieu de mes jours tout en vitesse. Merci pour ce cadeau.

    Bise,

    Isabelle

  10. Bonjour Daniel,

    Je viens de recevoir « Maman Jeanne », que Luce m’a gentiment envoyé. Si tu es disponible, j’aurais aimé te rencontrer pour un entretien.
    Est-ce qu’il est prévu que tu viennes à Bruxelles dans les prochains jours? Si ce n’était pas le cas, je suis tout à fait disposée à me déplacer à Mons.

    Je suis disponible chaque jour de la semaine (excepté le jeudi). Dis moi si et quand cela pourrait te convenir.
    Au plaisir d’avoir de tes nouvelles.

    Belle journée,
    Pascale.

  11. Bonjour cher monsieur,

    Je viens d’entendre ( partiellement ) sur la première votre interview relative à votre dernier ouvrage…. ( La découverte des lettres …. et leur  » mise en situation » ). J’ai été très touché par le contenu … J’espère pouvoir vous lire
    bientôt chez Luce Wilkin.

    Bien à vous,

    Freddy

  12. Bonjour,
    Mon épouse Eva Charneux est originaire d’Engreux.
    Elle est la petite cousine de Théo Charneux.
    Nous avons lu avec beaucoup de plaisir la petite plaquette ayant pour titre « Darjeeling ».
    Malheureusement, je n’ai retrouvé aucun de vos ouvrages à la bibliothèque provinciale de Marche-en-Famenne.
    Bien à vous !
    Eva Charneux

  13. Ma main avait saisi ce livre au hasard. Maman Jeanne. Au hasard ? N’était-ce pas, inconsciemment, le souvenir de Maman Berthe, la grand-mère de mon épouse, qui avait poussé mon bras ?
    À la lecture, j’appréciai immédiatement le style, l’adéquation rigoureuse de l’écriture au statut de l’héroïne … Je me suis plongé avec délices dans cet univers si bien décrit.
    Au fil de cette lecture, trois choses me frappèrent : le village, la maison, la vieille dame. C’était comme si je les voyais. Le village, Onnezies, où les filles portent conjointement le prénom de leur mère, où la grand-mère est appelée de son prénom précédé de « maman » ; la maison, cette maison que mon épouse ―Bernadette-Céline, née à Onnezies ― appelait « le train », avec ses pièces successives, comme des compartiments ; la vieille dame, enfin, Gabrielle, fille aînée d’Amande et de Fénelon, grande sœur d’adoption de Marguerite-Amande, du Coron des Juifs.
    Ma belle-mère, elle aussi native d’Onnezies ( Céline-Berthe) habitait au 15 rue du Bois, à l’autre bout de cette « piéssante » qui partait de chez Gabrielle, pour aboutir en direction du bois d’Angre. Elle me dit : « Non, ce n’est pas Daniel, c’est Jacques, qu’il s’appelle ! ( Elle a quatre-vingt-sept ans.) Gabrielle, c’était ma marraine. Oh, j’ai bien souvent été la voir. »
    C’est vous dire ma stupéfaction. J’ai avalé le livre en deux heures, l’ai fait lire à tout le monde, autour de moi. Était-ce possible qu’un jour, on parle si bellement des habitants d’un village qui n’a même plus de nom, mais qui a laissé au fond de vous une marque indélébile ?

    Je tenais à vous remercier, à vous saluer, moi, le Bruxellois, pour cette belle épopée de gens simples comme le village, cette remontée étrange dans le souvenir, et vous dire une fois encore mon admiration devant votre style.

    Amicalement

    Georges Roland
    auteur bruxellois

  14. Merçi de me contacter rapidement pour renseignements Festival du livre MOUANS -SARTOUX mes coordonnées tel 0439752937 domicile
    0608869848 Portable Merci de me faire parvenir les tiennes AMITIES Jean pierre Monserat
    email mmonserat.jp@orange .fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *